Alors qu’il se rendait à l’écurie pour prendre le travail, dimanche dernier vers 0530, le palefrenier de l’Ecurie Gujadhur, Dhanraj (Sunil) Mathoor, 52 ans, a été pris d’un malaise. Il ne s’en est pas remis, et il a rendu l’âme peu de temps après. Ses funérailles ont eu lieu le lendemain.

Employé de maison des Gujadhurs depuis l’époque de Sir Radhamohun et Ton Mica, Sunil était leur homme de confiance. Cela a été donc une suite logique qu’il prenne de l’emploi à l’écurie de ses mentors et, à la disparition de ces derniers, il continua à avoir la confiance des autres entraîneurs de la casaque bleu électrique.

Le chef-palefrenier de l’Ecurie Gujadhur, Naresh Comaloossur, n’a que de bons mots à son égard : ‘‘On a perdu un bon ami et un valeureux palefrenier. Ses nombreux succès sur la piste en sont l’attestation. Sunil était le plus ancien et un des meilleurs palefreniers de l’Ecurie. Il était très aimé de la famille et, ce, depuis des lustres. Il était très respecté de ses pairs ici à l’écurie et il était apprécié de tous les jockeys qu’a employés l’entraîneur. Les anglophones, notamment Noel Callow et Robbie Burke, le surnommaient affectueusement ‘‘coffee maker’’ pour des raisons évidentes.’’

Les turfistes se souviendront de lui principalement pour sa fructueuse association avec le coursier Snappy, vainqueur de 11 courses entre 2011 et 2015 pour gravir avec fulgurance les échelons sur l’échelle des valeurs. En 2012, l’année du Bicentenaire du MTC où l’Ecurie Gujadhur a été championne, il a été primé aux Equidors avec le Racetime Groom’s Award, titre récompensant le palefrenier ayant ramené le plus grand nombre de gagnants au paddock.

Sunil a aussi été le palefrenier du double vainqueur classique Tandragee à ses débuts ici et c’est lui du reste qui l’a mené à son premier succès, survenu sous la selle de Glen Hatt. On se souviendra également des moments où ses protégés ont réduit le Champ de Mars au silence lors de leur unique victoire en tant qu’extrême outsider : Maillot Jaune et, plus récemment, St Tropez..

Au moment de son décès, il s’occupait de Summer Sky et Radlet, et son héritage se perpétuera sans doute à travers ses neveux, Hemraj (Ravi), palefrenier de l’Ecurie Rousset, et Nitraj, basé au centre privé occupé par l'Ecurie Gujadhur à Pointe Aux Sables.